Intervenants

Prof. Antje Boetius

Alfred Wegener Institute (AWI)

Prof. Antje Boetius est une chercheuse polaire et en eaux profondes et directrice du Centre Helmholtz de l'Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine. En tant que professeur de géomicrobiologie et responsable du groupe de recherche conjoint sur l'écologie et la technologie des grands fonds marins à l'Institut Max Planck de microbiologie marine, elle est impliquée dans le pôle d'excellence MARUM de l'Université de Brême.
Boetius a participé à près de 50 expéditions sur des navires de recherche internationaux. Ses recherches portent sur les effets du changement climatique sur l'océan Arctique et la biodiversité des grands fonds marins.
Elle est récipiendaire des prix Gottfried-Wilhelm-Leibniz et Communicator de la DFG, du prix allemand de l'environnement 2018 et a reçu la Croix fédérale du mérite en 2019. En tant que membre de l'"Académie nationale Leopoldina", elle est fortement impliquée dans la communication scientifique et dialoguer avec la société.

Dr Julie Brigham-Grette

Université du Massachusetts Amherst

Dr. Julie Brigham-Grette a exercé pendant six ans les fonctions de Directrice du département de géosciences (2013-2019) et est l'ancien Présidente du Polar Research Board de l'Académie nationale des sciences des États-Unis (2014-2020).  Elle est actuellement présidente de la section Global Environmental Change de l'American Geophysical Union et ancienne présidente de la division Quaternaire de la Geological Society of America.  Dr. Brigham-Grette est membre de l'American Geophysical Union et de la Geological Society of America.  Elle mène des recherches dans l'Arctique depuis plus de 40 ans, dont 8 campagnes de terrain dans des régions reculées du nord-est de la Russie depuis 1991. Elle a été professeur à l'Université du Massachusetts-Amherst en 1987.   Elle est maintenant Directrice du programme d'études supérieures en géosciences. Ses recherches portent sur les sédiments marins et terrestres de l'Arctique qui témoignent des changements climatiques survenus au cours des derniers millions d'années, en particulier l'histoire de la glace de mer de l'Arctique, le niveau de la mer et les changements du paysage de l'Arctique occidental. Elle est également engagée auprès des populations autochtones de l'Alaska par le biais du programme NSF Navigating the New Arctic.

Prof. Jérôme Chappellaz

Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Institut Polaire Français Paul-Émile Victor (IPEV)

Prof. Jérôme Chappellaz est Directeur de Recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et Directeur de l'Institut Polaire Français Paul-Émile Victor (IPEV). Ses travaux sur l'évolution de la composition atmosphérique des gaz à effet de serre à partir des carottes d'air et de glace du névé interstitiel ont joué un rôle essentiel dans les conclusions scientifiques des rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Chappellaz a participé à 11 expéditions en Antarctique et 5 en Arctique. Il a exercé plusieurs fonctions de direction dans la recherche scientifique au niveau national et international et son travail a été reconnu par de nombreuses distinctions, notamment un financement prestigieux du Conseil européen de la recherche, la médaille d'argent du CNRS et la médaille d'honneur Niels Bohr du Danemark. En qualité de directeur de l'IPEV, il est chargé de coordonner et d'organiser le soutien logistique de la science française en Arctique, en Antarctique et dans les îles subantarctiques. Il est membre de la délégation française aux réunions consultatives du Traité de l'Antarctique ainsi qu'au Conseil Polaire Européen (EPB) et aux projets européens centrés sur les régions polaires. Il est également le représentant de la France au COMNAP (Council of National Antarctic Program Managers).

Prof. Rob DeConto

Université du Massachusetts Amherst

Rob DeConto est professeur de géosciences et codirecteur de la School of Earth & Sustainability à l'université du Massachusetts Amherst. Le parcours de Rob s'étend aux sciences de la Terre, à la physique du climat et à la glaciologie. Il est à la pointe de l'étude du changement climatique polaire, du rôle des calottes glaciaires dans l'élévation future du niveau de la mer et de l'impact de l'élévation du niveau de la mer sur les côtes et les populations. Les recherches de Rob sur les calottes glaciaires ont fait la couverture de Nature et la Une du New York Times. Il a été sélectionné comme auteur principal pour le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et a reçu le prix Tinker-Muse pour la science et la politique en Antarctique. Rob est membre d'un certain nombre de conseils scientifiques et de groupes consultatifs nationaux et internationaux.

Prof. Klaus Dodds

Université Royal Holloway de Londre

Prof. Klaus Dodds est géographe politique et professeur de géopolitique à l'université Royal Holloway de Londres et directeur de recherche à l'école des sciences de la vie et de l'environnement. Ses recherches se concentrent sur la géopolitique critique et populaire, et portent sur des sujets tels que les conflits frontaliers, les guerres de l'information et le rôle de la culture dans la formation de l'imaginaire géopolitique des citoyens. Il est rédacteur en chef de la revue Territory, Politics Governance, et a publié de nombreux ouvrages, qu'ils soient écrits ou édités. Son prochain livre sera un volume coédité avec Sverker Sorlin intitulé "Ice Humanities" (Manchester University Press 2022) et une autre brève introduction sur l'Arctique avec Jamie Woodward (Oxford University Press 2021). Ses travaux lui ont valu de nombreuses distinctions, notamment une bourse de recherche du Leverhulme Trust (2017-2020) pour un projet intitulé "A new North ? The making and remaking of the global Arctic". Au cours de l'année universitaire 2020-21, il a été professeur invité à l'Institut d'études avancées de l'Université de Loughborough. Klaus est membre du conseil d'administration de la Royal Geographical Society et de la Regional Studies Association, ainsi que membre honoraire de British Antarctic Survey. Il a travaillé pour le Parlement britannique en tant que conseiller spécialisé auprès d'un comité spécial de la Chambre des Lords sur l'Arctique et du comité d'audit environnemental de la Chambre des Communes.

Prof. Bruce Forbes

Université de Laponie Arctic Centre, CHARTER

Prof. Bruce Forbes (PhD, Université McGill) est professeur de recherche en Changement Climatique au centre de recherche Arctic Centre. Fort d'une formation en écologie et en géographie appliquées des hautes latitudes boréales, notamment des régions pergélisolées, il a acquis une expérience circumpolaire. En effet, il a mené des études sur les changements accélérés d’affectations des terres et climatiques en Alaska, dans l’Extrême-Arctique du Canada, dans diverses régions du nord de la Russie et dans la partie la plus septentrionale de la Fennoscandie. Son approche est fortement interdisciplinaire et participative, et vise la coproduction de connaissances, notamment en ce qui concerne les questions de recherche axées sur les parties prenantes locales/indigènes et régionales. Il a mené des travaux de terrain dans l'Arctique pendant 37 ans et a vécu en Laponie pendant 28 ans. Prof. Forbes coordonne actuellement un grand projet européen Horizon2020, CHARTER (Drivers and Feedbacks of Changes in Arctic Terrestrial Ecosystems). Le consortium CHARTER comprend 21 institutions partenaires dans 9 pays européens, avec des partenaires affiliés en Russie et en Chine. Il est également un partenaire clé de l'étude Arctic Rain on Snow Study (AROSS), une initiative américaine financée par la National Science Foundation.

Prof. Jane Francis

British Antarctic Survey

Dame Jane Francis est géologue de formation et ses recherches portent sur la compréhension des changements climatiques passés. Elle a entrepris des projets de recherche aux universités de Southampton, Londres, Leeds et Adélaïde, en utilisant des plantes fossiles pour déterminer le passage d'un climat de serre à un climat de glace dans les régions polaires au cours des 100 derniers millions d'années. Elle a entrepris plus de 15 expéditions scientifiques dans l'Arctique et l'Antarctique à la recherche de forêts fossiles. Jane est directrice du British Antarctic Survey, un centre de recherche du Natural Environment Research Council (UKRI-NERC). Elle participe à des organisations polaires internationales, telles que le Traité sur l'Antarctique et le Conseil polaire européen, et siège à plusieurs conseils consultatifs de programmes polaires nationaux. Jane a été nommée Dame Commandeur de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges (DCMG) en reconnaissance des services rendus à la science polaire et à la diplomatie du Royaume-Uni. Elle a également reçu la médaille polaire de Sa Majesté la Reine et est devenue en 2018 chancelière de l'université de Leeds. 

Jillian Galloway

Fullbright Research Fellow

Jillian Galloway est une Fullbright Research Fellow 2021-2022 en Islande. Elle travaille dans le domaine de l'aquaculture durable, et aide spécifiquement à développer la culture du varech dans la région de Westfjords. Jillian est basée à Ísafjörður, où elle est également partiellement inscrite au Centre universitaire des Westfjords, où elle suit des cours de communication scientifique, d'écologie marine et d'impacts sociaux du changement climatique sur les communautés arctiques. Jillian a déjà étudié et travaillé dans le secteur de l'écologie marine et de l'aquaculture durable chez elle, sur la côte du Maine. Elle a obtenu son diplôme de premier cycle en biologie au Bowdoin College, classe de 2021. Pendant ses études à Bowdoin, elle a participé à plusieurs projets de recherche au Schiller Coastal Studies Center de Bowdoin, où elle a étudié l'impact du réchauffement et de l'acidification sur les organismes locaux du golfe du Maine, qui évolue rapidement. Elle a également travaillé en tant que 2021 Innovate for Maine Fellow avec le Maine Aquaculture Innovation Center et Darling Marine Laboratories, concevant et menant des expériences pour déterminer l'efficacité de la croissance du varech sur différents substrats artificiels utilisés par les agriculteurs locaux.

 

Dr Anna Gebruk

Université d'Édimbourg, Université d'État Lomonossov de Moscou

Dr Anna Gebruk est écologiste marine, spécialisée dans la conservation de la biodiversité et la surveillance environnementale dans la région arctique. Elle a récemment soutenu une thèse de doctorat à l'école de géosciences de l'université d'Édimbourg, dans le cadre de laquelle elle a formulé des recommandations en matière de surveillance des écosystèmes benthiques dans la mer de Petchora, une zone d'une grande importance écologique dans l'océan Arctique. Anna est également responsable de la collaboration internationale au centre de recherche marine de l'université d'État de Moscou Lomonosov, vice-présidente du réseau polaire britannique et membre du conseil de l'Association of Early Career Polar Scientists (APECS).

Dr Susie Grant

British Antarctic Survey

Susie Grant est biogéographe marine au British Antarctic Survey. Elle s'intéresse à l'élaboration de conseils scientifiques destinés aux décideurs politiques dans les régions polaires. Ses recherches visent à soutenir la conservation des écosystèmes marins et l'utilisation durable des ressources marines, y compris le développement des aires marines protégées (AMP) et la planification territoriale, ainsi que l'adaptation des stratégies de gestion dans un climat changeant. Elle était conseillère scientifique au sein de la délégation britannique auprès de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) depuis 2005, et a également été vice-présidente du comité scientifique de la CCAMLR en 2015. Susie est actuellement la directrice du Comité permanent du SCAR sur le système du Traité de l'Antarctique (SC-ATS).

Dr Cristina Genovese

Université Libre de Bruxelles

Dr Cristina Genovese, chercheuse postdoctorale en biogéochimie de la glace de mer, basée à l'Université Libre de Bruxelles. Elle étudie la dynamique des gaz dans la glace de mer de l'Antarctique, afin de récupérer des informations sur la production nette des communautés, et réalise des expériences de croissance de la glace de mer dans des conditions de température contrôlée. Ces expériences visent à comprendre comment l'incorporation de substances exopolymères peut influencer la croissance de la glace de mer et le processus de dessalement dans la glace de mer en formation. Cristina s'intéresse au cycle de la matière organique et à l'évolution des biofilms microbiens dans la glace de mer, en se concentrant en particulier sur les conséquences thermiques et mécaniques de la congélation en ce qui concerne la composition de la matière organique et les interactions avec les nutriments adsorbés. Cristina co-présidera le prochain séminaire de recherche Gordon, qui ouvrira la conférence de recherche Gordon sur la mer polaire, en mars 2023.

Dr Gwenaëlle Gremion

Université du Québec à Rimouski-Institut des Sciences de la mer, Association for Polar Early Career Scientists (APECS)

Gwenaëlle est une chercheuse post-doctorante en océanographie basée au Canada, affiliée à l'Institut des Sciences de la Mer de l'Université du Québec à Rimouski. Les travaux de recherche de Gwen sont multidisciplinaires, combinant l'océanographie physique et biologique pour mieux comprendre comment la matière organique marine se dépose dans la colonne d'eau au sein de la Polynie des Eaux du Nord dans le Nord de la Baie de Baffin et, comment les modifications des caractéristiques écologiques et physiques dues au changement climatique affectent le flux descendant de carbone organique. Gwen a participé à des missions de terrain dans l'Arctique et l'Antarctique et a mis au point des outils numériques pour évaluer les changements dans ces deux régions. Gwen s'est fortement impliquée, en tant que présidente, dans de nombreuses associations de début de carrière (par exemple, l'association d'étudiants ArcticNet (ASA), l'Association for Polar Early Career Scientists (APECS), le comité national APECS-France). Elle a dirigé trois revues de groupe du 6ème rapport d'évaluation du GIEC organisées par APECS, MRI, PAGES ECN, PYRN et YESS, et a co-organisé depuis 2019 deux semaines polaires avec APECS-France puisque la communication scientifique est d'un grand intérêt pour elle. Elle a également participé à la rédaction de deux livres dans le cadre des projets INTERACT-APECS.

Dr. Susana Hancock

Association of Polar Early Career Scienitists (APECS)

Nouvellement titulaire d'un doctorat, Susana travaille en tant que chercheuse multidisciplinaire sur le climat arctique. Elle a été invitée à prendre la parole lors d'événements internationaux TED, de symposiums des Nations unies sur le climat et d'autres forums mondiaux où elle a partagé l'estrade avec des leaders mondiaux. Susana est experte pour le GIEC, leader de Climate Reality, a co-présidé une équipe dans le cadre de la Décennie des sciences océaniques des Nations unies et travaille actuellement avec une nouvelle équipe internationale chargée d'étudier les impacts socio-géopolitiques de la crise climatique dans les régions polaires. Susana est vice-présidente de l'APECS, chef de groupe de projet pour la semaine du sommet scientifique arctique, représentante auprès de l'ECR-NoN et fait partie d'un projet transversal de l'IASC entre Polar Educators International et les groupes de travail de l'IASC. Formée en sciences naturelles et sociales, et forte d'une expérience politique et à but non lucratif dans le monde entier, Susana s'efforce d'avoir un impact global sur la politique environnementale et la crise climatique par le biais d'une collaboration multisectorielle. Elle s'entraîne actuellement en vue d'une randonnée autonome de 600 km dans l'Arctique pour la recherche sur le climat, dans le cadre de l'expédition Jubilee 2022.

Dr. Gustaf Hugelius

Bolin Centre for Climate Research de l'université de Stockholm

Dr Gustaf Hugelius est professeur associé au département de géographie physique et vice-directeur du Bolin Centre for Climate Research de l'université de Stockholm, en Suède. Ses recherches portent notamment sur le rôle des sols dans le cycle global du carbone - la quantification et la caractérisation des stocks de carbone organique stockés dans le pergélisol et les tourbières des écosystèmes arctiques et boréaux. Il a été le principal chercheur principal du consortium JPI-Climate COUP de l'UE et est l'un des responsables de l'ensemble des travaux du consortium Nunataryuk de l'UE H2020. Il a organisé plus de dix expéditions dans différentes régions arctiques et possède une vaste expérience de la synthèse scientifique et de la direction de réseaux internationaux, notamment en tant que membre du groupe directeur du Permafrost Carbon Network, coprésident de l'International Soil Carbon Network et chef fondateur d'un groupe sur le carbone du pergélisol au sein de l'International Permafrost Association. Gustaf dirige le travail pour la région du pergélisol dans la synthèse du Global Carbon Project RECCAP2.

Neo Gim Huay

World Economic Forum

Mme Neo Gim Huay est directrice générale et responsable du Centre pour la nature et le climat au Forum économique mondial. Avant de rejoindre le Forum, Gim Huay a occupé plusieurs postes de directeur général chez Temasek International, notamment dans les domaines de la stratégie en matière de changement climatique, de la durabilité et du développement des entreprises. Gim Huay était auparavant consultante en gestion chez McKinsey aux États-Unis et en Afrique, où elle conseillait ses clients sur la stratégie et les opérations dans les secteurs bancaire, énergétique et technologique.  Elle a codirigé la mise en place du premier bureau de McKinsey en Afrique subsaharienne à Lagos, au Nigeria. Avant McKinsey, Gim Huay faisait partie du service administratif du gouvernement de Singapour, et avait travaillé au bureau de planification des scénarios du bureau du premier ministre, à l'ambassade de Singapour à Washington DC, au ministère du commerce et au ministère des finances. Elle a été négociatrice principale pour l'accord de libre-échange entre les États-Unis et Singapour. Gim Huay est membre du conseil de la création de valeur partagée de Nestlé SA et membre du comité consultatif de l'Eco-Fund de Singapour, qui dépend du ministère de la durabilité et de l'environnement. Elle est membre du conseil d'administration de l'Institut de technologie de Singapour et membre du conseil d'administration du Singapore Science Center Global. Gim Huay est titulaire d'un MBA de l'université de Stanford, où elle s'est classée dans les 10 % supérieurs de sa classe en tant que boursière Arjay Miller. Elle est titulaire d'une maîtrise en ingénierie (distinction) et d'une licence en lettres (première classe) de l'université de Cambridge. 

Lars Kullerud

UArctic

Lars Kullerud a eu le plaisir de participer au développement de l'Université de l'Arctique (UArctic) depuis mai 2002. UArctic - une «université sans murs» - a été annoncée dans la déclaration d'Iqaluit du Conseil de l'Arctique de 1998 et est devenue une création d'adhésions avec plus de 200 établissements d'enseignement supérieur du nord circumpolaire et au-delà. Les membres de UArctic mènent une coopération concrète dans l'éducation et la recherche dans et pour l'Arctique à travers plus de 60 réseaux thématiques et instituts de UArctic ainsi que d'autres formes de coopération. Avant de rejoindre l'équipe UArctic, Lars Kullerud était responsable du programme polaire pour GRID-Arendal, le centre polaire clé de l'ONU-Environnement (PNUE). Sa formation universitaire porte sur la géologie précambrienne et la géochimie isotopique, la géostatistique, l'évaluation des ressources pétrolières ainsi que l'évaluation de l'environnement arctique. Lars est auteur ou co-auteur de plusieurs publications académiques sur les questions arctiques, en sciences de l'environnement et en géosciences. Lars Kullerud est professeur honoraire à la North Eastern Federal University (Lars Kullerud a eu le plaisir de participer au voyage de développement de l'Université de l'Arctique (UArctic) depuis mai 2002. UArctic - une "université sans murs" - a été annoncé dans la Déclaration d'Iqaluit du Conseil de l'Arctique de 1998, et est devenu membre avec plus de 200 établissements d'enseignement supérieur du nord circumpolaire et au-delà. Réseaux et instituts ainsi que d'autres formes de coopération. Avant de rejoindre l'équipe UArctic, Lars Kullerud était responsable du programme polaire pour GRID-Arendal, le centre polaire clé de l'ONU-Environnement (PNUE). Sa formation universitaire est en géologie précambrienne et en géochimie isotopique. , la géostatistique, les évaluations des ressources pétrolières, ainsi que les évaluations de l'environnement arctique. Lars est auteur ou co-auteur de plusieurs aca publications demic sur les questions arctiques, en sciences de l'environnement et en géos sciences. Lars Kullerud est professeur honoraire à la North Eastern Federal University (Yakutsk) et docteur honoraire à l'Université fédérale du Nord de l'Arctique (Arkhangelsk) et docteur honoris causa de la Northern Arctic Federal University (Arkhangelsk).

Yousra Makanse

Wageningen University , ProAct

Yousra Makanse est doctorante à l'université et au centre de recherche de Wageningen au sein du Cultural Geography Research Group (GEO). Elle est titulaire d'un master européen en gestion du tourisme délivré conjointement par l'université du Danemark du Sud, l'université de Ljubljana et l'université de Gérone, et d'une licence en loisirs et tourisme de l'université de São Paulo. Yousra a obtenu une bourse de recherche en tourisme à DOUROTUR, un projet de recherche scientifique et de développement technologique financé par le programme portugais Norte 2020, et elle a étendu son expérience dans le secteur du tourisme en travaillant comme chef de projet en durabilité dans l'industrie hôtelière norvégienne. Elle a également enrichi son expérience dans le domaine de l'environnement en œuvrant pour la restauration de l'environnement dans le nord-ouest des États-Unis. Les recherches actuelles de Yousra visent à explorer et à cartographier la diversification du tourisme dans l'Antarctique, en tenant compte de l'ampleur de l'intégration de concepts peu tangibles des principes et valeurs fondamentaux de l'ATS dans le développement d'activités nouvelles, inédites ou particulièrement préoccupantes, dans le cadre d'un projet NWO financé par le programme polaire néerlandais. L'objectif final est de fournir des connaissances pour le processus CEP en vue de l'élaboration d'un cadre pour la réalisation de pré-évaluations relatives aux nouvelles activités touristiques en Antarctique.

Dr Thorsten Markus

NASA

Le Dr Thorsten Markus est responsable du programme pour la science cryosphérique au siège de la NASA à Washington, D.C. Dans ce rôle, il supervise le portefeuille de recherche scientifique polaire de la NASA et est activement engagé dans la coordination et la collaboration avec d'autres agences américaines et partenaires internationaux sur la science cryosphérique. Avant son poste au siège, il était le chef du laboratoire des sciences cryosphériques du Goddard Space Flight Center de la NASA et le scientifique principal de la mission Ice Cloud and land Elevation Satellite-2 (ICESat-2). Il a obtenu son doctorat. en physique de l'Université de Brême, Allemagne. Il a publié plus d'une centaine d'articles et participé à plusieurs expéditions dans l'Arctique et l'Antarctique sur des navires de recherche, des avions et au sol. Il a également informé des sénateurs américains, des membres du Congrès et diverses parties prenantes sur le changement climatique polaire et son impact sur le système mondial.

Elizabeth McLanahan

NOAA

Elizabeth McLanahan est directrice du bureau des affaires internationales de la NOAA et conseillère principale de l'administrateur de la NOAA. Sa carrière, qui s'étend sur plus de 20 ans, est principalement axée sur la biodiversité et la conservation marine dans les eaux polaires et les écosystèmes d'eaux profondes. Elle fait partie de l'équipe de négociation ou est le chef de la délégation américaine dans un certain nombre de forums internationaux tels que la Convention sur la diversité biologique, le Conseil de l'Arctique et le Programme des Nations unies pour l'environnement, tout en présidant des engagements bilatéraux avec la Corée, l'Inde et d'autres partenaires stratégiques. Mme McLanahan fournit également des conseils et des orientations politiques à l'administrateur de la NOAA sur toutes les questions et engagements internationaux, allant des déchets marins aux relations avec la Chine. Elle supervise directement tout engagement de l'agence avec Cuba et la Russie. Mme McLanahan est titulaire d'une licence en biologie du Dartmouth College, ainsi que d'une maîtrise en foresterie et d'une maîtrise en gestion de l'environnement avec une concentration en économie et politique des ressources de l'université Duke.

Prof. Michael Meredith

British Antarctic Survey

Professeur Michael Meredith est océanographe et responsable scientifique au British Antarctic Survey (BAS) à Cambridge, au Royaume-Uni. Il dirige l'équipe chargée des océans polaires au BAS, dont les recherches visent à déterminer le rôle des océans polaires sur le climat mondial, les calottes glaciaires et le système océanique interdisciplinaire. Il est professeur honoraire à l'université de Bristol, membre de la Royal Geographical Society et scientifique du NERC pour la promotion du mérite individuel (bande 2). Il a publié plus de 200 articles dans des revues internationales et a été le premier président du Système d'observation de l'océan Austral. Il a dirigé la conception et la mise en œuvre du programme ORCHESTRA, un programme multi-instituts doté d'un budget de 10 millions de livres sterling, qui permet d'élucider le rôle de l'océan Austral dans le contrôle du climat mondial. Il a récemment été auteur principal coordonnateur du rapport spécial du GIEC sur les océans et la cryosphère dans un climat en évolution. En 2018, Mike a reçu le prix Tinker-Muse pour la science et la politique en Antarctique, en reconnaissance de ses contributions à l'étude de l'océan Austral et de ses impacts mondiaux, ainsi que la médaille Challenger, pour ses contributions exceptionnelles aux sciences marines. En 2020, il a reçu la médaille polaire. En 2021, Mike a été élu président de la Challenger Society for Marine Science, l'organisme savant prééminent du Royaume-Uni pour la recherche sur l'océan.

Blaine Mirasty

Université du Saskatchewan, Arctic University of Norway (UiT)

Blaine Mirasty est membre de la tribu Nehiyaw (Cree) appelée Flying Dust First Nation dans le nord de Saskatchewan, Canada. Il termine actuellement sa thèse sur la gouvernance et l'entrepreneuriat dans les régions nordiques et autochtones (G.E.N.I). Ce programme est géré conjointement par l'Université de la Saskatchewan (U of S) et l'Université arctique de Norvège (UiT). Blaine travaille pour le gouvernement de Saskatchewan au sein du ministère du Commerce et de l'Exportation, dans la direction du développement économique autochtone. Il dirige également une entreprise familiale de tourisme autochtone située dans la Première nation de Flying Dust, intitulée Cree North Adventures, qui propose des activités en milieu terrestre et du glamping dans des tipis.

Dr Casimir de Lavergne

Centre national de la recherche scientifique (CNRS), LOCEAN Sorbonne Université

Dr Casimir de Lavergne est basé au Centre national français de la recherche scientifique (CNRS) et travaille au laboratoire LOCEAN hébergé par l'Université de la Sorbonne à Paris. Ses recherches portent sur le rôle des océans profonds et polaires sur le climat. Parmi ses contributions figurent des études sur la formation d'eau dense dans l'océan Austral, les tendances de la glace de mer en Antarctique et la circulation de renversement dans l'océan abyssal. Ses travaux les plus récents explorent les impacts de la turbulence océanique dynamisée par les marées, tout en combinant théorie, observations et modèles numériques de l'océan mondial. Casimir a également participé à des campagnes de terrain dans les hautes latitudes de l'Atlantique Nord et de l'océan Austral.

Frederik Paulsen OBE

Frederik Paulsen OBE est un homme d'affaires, un entrepreneur, un philanthrope et un explorateur. Depuis 1988, il est président du groupe Ferring Pharmaceuticals. Au cours de cette période, il a fait de la société une entreprise internationale. Aujourd'hui, Ferring est présent dans plus de 50 pays et vend ses produits dans plus de 100 pays du monde entier. Frederick est un fervent explorateur polaire. Il est descendu à 3000 m d'altitude dans un submersible russe MIR pour prélever des échantillons au fond de l'océan Arctique, il a fait partie de l'équipe qui a réalisé la première traversée du détroit de Béring entre l'Amérique et la Russie avec un Ultralight et il est le premier humain à avoir fait le tour des huit pôles de la Terre.

Pam Pearson

International Cryosphere Climate Initiative (ICCI)

Pam Pearson est la directrice et fondatrice de l'International Cryosphere Climate Initiative (ICCI).  Elle a servi pendant 20 ans en tant que diplomate américaine au Département d'État, avec des affectations en Équateur, en Suède et en Norvège.  Elle a également travaillé sur des questions mondiales telles que le changement climatique, la santé internationale, notamment le VIH/sida, et la non-prolifération nucléaire. Elle a fondé l'ICCI en 2010 afin de mettre l'accent sur l'aspect scientifique et politique des changements rapides qui se produisent dans l'Arctique, ainsi que dans toutes les régions de la cryosphère (neige et glace) du monde entier, en collaboration avec des organisations multilatérales telles que la CCNUCC, le PNUE, l'OMM et des institutions universitaires. 

Ambassador Thomas Reilly

Covington

Ambassadeur Thomas Reilly est le responsable des politiques publiques britanniques de Covington et membre du groupe de résolution des problèmes mondiaux et de la Task Force Brexit du cabinet. L'ambassadeur Reilly était dernièrement ambassadeur britannique au Maroc entre 2017 et 2020, et avant cela, conseiller principal en matière de relations gouvernementales internationales et d'affaires réglementaires et responsable des relations gouvernementales chez Royal Dutch Shell entre 2012 et 2017. Auparavant, il a occupé les fonctions suivantes au sein du Foreign and Commonwealth Office : ambassadeur britannique au Maroc et en Mauritanie (2017-2018), chef de mission adjoint à l'ambassade britannique en Égypte (2010-2012), chef adjoint du département du changement climatique et de l'énergie (2007-2009) et chef adjoint du département de lutte contre le terrorisme (2005-2007). Il a vécu ou travaillé dans de nombreux pays, notamment en Jordanie, au Koweït, au Yémen, en Libye, en Irak, en Arabie saoudite, au Bahreïn et en Argentine.

Gunn-Britt Retter

Saami Council

Gunn-Britt Retter est née et a grandi dans la communauté côtière sami d'Unjárga-Nesseby, près du Varangerfjord, dans le nord-est de la Norvège. Elle est professeur au Collège Universitaire Sami (Guovdageaidnu - Kautokeino, Norvège) et détient une maîtrise en études bilingues de l'Université du Pays de Galles. Depuis 2001, elle travaille sur les enjeux environnementaux de l'Arctique, en commençant par le Secrétariat des peuples autochtones du Conseil de l'Arctique (IPS) (Copenhague, Danemark) et depuis 2005, elle occupe le poste actuel de chef de l'unité Arctique et environnement du Conseil sami. Gunn-Britt a été membre du conseil d'administration de l'Université sami des sciences appliquées (2011-2019) et a été membre du Parlement sami (Norvège) pendant deux mandats (2005 - 2013). Dans le cadre de son poste de chef de l'unité Arctique et environnement au sein du Conseil sami, Gunn-Britt a été impliquée dans les questions liées aux peuples autochtones et aux connaissances autochtones relatives au changement climatique, à la biodiversité, à la langue, à la pollution et à la gestion des ressources naturelles.

Prof. Markus Rex

Alfred Wegener Institute

Prof. Dr Markus Rex dirige la section "Physique de l'atmosphère" de lAlfred-Wegener-Institute, Helmholtz Center for Polar and Marine Research en Allemagne, et est professeur titulaire de physique de l'atmosphère à l'université de Potsdam. Il a étudié la physique, la météorologie et la géophysique à la Carolo-Wilhelmina-Universität Braunschweig et à la Georg-August-Universität Göttingen. Il a obtenu un diplôme de physique à Göttingen en 1993, un doctorat à l'Université libre de Berlin en 1997 et une habilitation à l'Université de Brême en 2013. Il a travaillé au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, au California Institute of Technology aux États-Unis, à l'Université de Canterbury en Nouvelle-Zélande et a enseigné à l'Université libre de Berlin et à l'Université de Brême. Il a publié près de 100 articles scientifiques évalués par des pairs et a reçu plusieurs prix pour ses recherches sur le système climatique polaire. En 2019-2020, il a dirigé MOSAiC, la plus grande expédition arctique jamais réalisée. 

Prof. Eric Rignot

Université de Californie Irvine, Jet Propulsion Laboratory de la NASA

Prof. Eric Rignot est un glaciologue reconnu pour son travail de pionnier sur le bilan de masse des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique à l'aide de l'interférométrie radar par satellite, de l'épaisseur de la glace calculée par radar et de données sur le bilan de masse de surface provenant de modèles climatiques, pour la détection de changements rapides dans les glaciers de l'Antarctique et du Groenland, et pour ses études in situ et par télédétection de l'interaction glace-océan sous les calottes glaciaires flottantes et sur les marges de vêlage. Eric est diplômé de l'Ecole Centrale Paris, titulaire d'un Master en Astrophysique et Astronomie de l'Université Pierre et Marie Curie, en génie aéronautique et en génie électrique, et d'un doctorat en génie électrique de l'Université de Californie du Sud, à Los Angeles, en 1991. Il a rejoint le Jet Propulsion Laboratory de la NASA en 1988 dans la section Science et Ingénierie des Radars, où il a poursuivi sa carrière en tant que chercheur scientifique principal et membre du corps enseignant. En 2007, il a été nommé professeur de Science du Système Terrestre à l'Université de Californie Irvine où il est devenu Professeur Chancelier et Professeur Donald Bren. Il a contribué à la rédaction du quatrième rapport d'évaluation (AR-4) du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations unies, pour lequel il a obtenu conjointement le prix Nobel de la paix en 2007. Rignot a été l'un des auteurs principaux du cinquième rapport d'évaluation en 2014. Ses travaux lui ont valu de nombreuses distinctions, dont celle de membre de l'American Geophysical Union en 2013, de membre de l'American Association for the Advancement of Sciences en 2019, et d'être élu à la National Academy of Sciences en 2018.

Prof. Gabriela Schaepman-Strub

Université de Zurich, Swiss Polar Institute

Prof. Julienne Stroeve

Université du Manitoba, University College London

Prof. Julienne Stroeve est Chaire Senior de Recherche Canada-150 sur le Forçage Climatique de la Glace de Mer à l'Université du Manitoba, professeur d'Observation et de Modélisation Polaire à l'University College London et chercheur scientifique senior au National Snow and Ice Data Center. Ses intérêts de recherche sur l'Arctique sont vastes et comprennent les interactions atmosphère-glace de mer, la climatologie synoptique, la prévisibilité de la glace de mer, la télédétection, le changement climatique et les impacts sur les communautés autochtones. Elle a mené des travaux de terrain au Groenland, au Canada, dans l'océan Arctique et dans les régions enneigées des États-Unis. Au cours de la dernière décennie, ses recherches se sont de plus en plus concentrées sur les changements environnementaux accélérés observés dans l'Arctique et sur les conséquences de ces derniers pour le reste de la planète. Les travaux de Julienne ont été présentés dans de nombreux magazines et reportages, dans des émissions de radio et dans des documentaires télévisés. Elle a prononcé des discours dans le monde entier sur les questions de climat arctique, a informé l'ancien vice-président Al Gore, le personnel du Congrès américain, divers consulats internationaux et le personnel militaire. Elle a également présenté, en collaboration avec d'autres scientifiques britanniques et américains, la science de l'Arctique aux chefs d'entreprise et aux responsables politiques lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Julienne a un indice h de 51 dans Google Scholar et figure dans la liste des chercheurs les plus cités de l'Institute for Scientific Information (ISI).

Harmony Wayner

Centre Universitaire des Westfjords

Harmony Wayner est membre de la tribu du village autochtone de Naknek, pêcheuse commerciale dans la flotte de pêche au saumon de Bristol Bay et spécialiste des sciences de la mer. Elle s'intéresse aux systèmes alimentaires ruraux durables afin de promouvoir les valeurs indigènes et le bien-être dans les villages d'Alaska. Elle a obtenu sa licence en biologie à l'université d'Alaska Southeast, avec des échanges universitaires à Hilo à Hawaï et à Turku en Finlande. Harmony a travaillé en mer avec la NOAA sur leur enquête intégrée sur l'écosystème arctique en 2017 et a été coauteure indigène du rapport AMAP, en cours de publication, sur les implications sociétales du changement climatique. Elle vit actuellement à Ísafjörður, en Islande, en tant qu'étudiante diplômée du programme de gestion côtière et marine du Centre universitaire des Westfjords. Après avoir obtenu son diplôme au printemps 2022, elle prévoit de retourner en Alaska et de servir sa région natale à l'intersection des sciences halieutiques autochtones et occidentales.

Prof. Gail Whiteman

Université d'Exeter, Arctic Basecamp

Prof. Gail Whiteman est professeure de développement durable à la faculté de commerce de l'université d'Exeter (Royaume-Uni). Elle est experte en sciences sociales sur la manière dont les décideurs interprètent les risques systémiques mondiaux liés au changement climatique et aux autres menaces environnementales. Elle est membre du Global Future Council on Frontier Risk du Forum économique mondial, oratrice principale à Davos en 2020, "What's at Stake : The Arctic", aux côtés de Sanna Marin (Premier ministre, Finlande) et d'Al Gore. En 2021, elle a organisé et participé à un panel de haut niveau - "Un plan pour la planète - l'Arctique et au-delà" - avec le magazine TIME dans le cadre du programme média du WEF pour le programme de Davos en ligne, aux côtés de S.A.R. le Prince Héritier Haakon de Norvège, Robert Downey Jr, la Baronne Bryony Worthington, Rainn Wilson, et Eric Rondolat. Prof. Whiteman est également la fondatrice d'Arctic Basecamp, une plateforme de vulgarisation scientifique à but non lucratif. Depuis 2012, elle est professeure en résidence au Conseil mondial des entreprises pour le développement durable et participe activement à la définition d'objectifs scientifiques pour l'action collective des entreprises. Elle est régulièrement citée dans les médias et a bénéficié de nombreuses subventions de recherche de l'UE et d'autres sources.

Dr Jan-Gunnar Winther

Centre pour l'Océan et l'Arctique de l'Université de Tromsø, Université arctique de Norvège

Dr Jan-Gunnar Winther est le directeur du Centre pour l'Océan et l'Arctique de l'Université de Tromsø, l'Université arctique de Norvège. Il est actuellement Président du Conseil d'administration de GRID-Arendal et ancien directeur de l'Institut Polaire Norvégien. Il a dirigé et participé à plusieurs expéditions de recherche en Antarctique et en Arctique, et a notamment dirigé la traversée scientifique norvégienne et américaine dans une région largement inexplorée de l'inlandsis de l'Antarctique oriental au cours de l'Année polaire internationale en 2007-2009. M. Winther est titulaire d'un doctorat (et d'une maîtrise) de l'Institut Norvégien de Technologie et a été professeur associé au Centre Universitaire de Svalbard (UNIS) de 2002 à 2007 et à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) en 2017, où il s'est occupé de la création de l'Institut Polaire Suisse. Il fait également partie d'un grand nombre de comités, conseils et délégations nationaux et internationaux, notamment en tant que Vice-président du Comité d'experts du gouvernement norvégien sur les politiques relatives aux régions du Nord, expert national auprès du Conseil de l'Arctique et des réunions consultatives du Traité sur l'Antarctique, auteur principal du cinquième rapport d'évaluation du GIEC, membre de l'Académie norvégienne des sciences technologiques, du "Global Agenda Council" du Forum économique mondial (WEF) sur l'Arctique et de l'Action des Amis de l'Océan du WEF, du Conseil chinois pour la coopération en matière d'environnement et de développement, de la plate-forme d'action du Pacte mondial des Nations Unies pour le commerce durable de l'océan, du groupe de haut niveau sur l'économie bleue durable et de l'Explorers Club. M. Winther a publié plus de 60 articles scientifiques évalués par des pairs, un grand nombre de documents et de rapports de conférence, plus de 160 articles de presse et écrit 3 livres.

Dr Dmitry Yumashev

Small World Consulting, Consultant at United Nations

Dmitry a une formation en mathématiques appliquées et a commencé sa carrière en tant que scientifique en aérospatiale. Il a ensuite développé un intérêt pour la durabilité et a travaillé sur une série de projets avec des partenaires du milieu universitaire, du secteur privé et du gouvernement britannique. Ses contributions comprennent l'analyse des scénarios et des incertitudes des rétroactions climatiques de l'Arctique et du potentiel de séquestration du carbone dans le sol au Royaume-Uni, ainsi que des estimations des flux de déchets électroniques du Royaume-Uni pour aider les politiques et les campagnes de recyclage. Dmitry travaille actuellement pour Small World Consulting (Royaume-Uni) sur l'évaluation des options de décarbonisation et de séquestration du carbone pour les entreprises britanniques, les autorités locales et les paysages protégés conformément à l'objectif 2050 Net Zero. Il collabore également avec l'ONU pour quantifier les flux de déchets électroniques et améliorer les taux de recyclage dans plusieurs pays.

Comité d'Organisation

Dr. Gerlis Fugmann

International Arctic Science Committee (IASC)

Dr Gerlis Fugmann est le secrétaire exécutif du Comité international des sciences de l'Arctique (IASC) basé à Akureyri, en Islande, où le secrétariat de l'IASC est hébergé par Rannís, le Centre islandais de recherche. Elle a précédemment occupé les postes de directrice exécutive de l'Association of Polar Early Career Scientists (APECS) basée à l'Institut Alfred Wegener, au Centre Helmholtz pour la recherche polaire et marine (AWI) et à l'UiT The Arctic University of Norway. Tout au long de sa carrière, elle a travaillé avec des chercheurs, des organisations internationales et de nombreux autres acteurs des régions polaires, aidant à façonner et à gérer de grands projets, événements et réunions. Elle a obtenu son doctorat en géographie en 2011 à l'Université Justus Liebig de Giessen, en Allemagne, et a ensuite travaillé comme chercheuse postdoctorale à l'Université de la Saskatchewan au Canada. Ses recherches ont porté sur des projets dans le Nord canadien ainsi que dans le nord de la Scandinavie, abordant des questions de développement économique, d'entrepreneuriat, de tourisme, de développement des ressources et de participation du Nord à l'innovation et à l'économie du savoir.

Sylvie Goyet

Fondation Prince Albert II de Monaco

Sylvie Goyet est conseillère auprès du vice-président de la Fondation Prince Albert II de Monaco. Auparavant, elle a été directrice du programme Changement climatique et durabilité environnementale à la Communauté du Pacifique (CPS), basée en Nouvelle-Calédonie de 2015 à 2020, et directrice générale de la Fondation Internationale du Banc d'Arguin de 2008 à 2014, travaillant en Afrique de l'Ouest sur les questions côtières et marines. Dans le passé, elle a notamment été coordinatrice régionale du projet MedWetCoast du FEM et a occupé des postes de gestionnaire de programme au WWF International, au PNUD Mer Noire, au PNUE Mer Caspienne et au PNUD Fidji. Elle siège au conseil d'administration de la Wild Touch Association, de la Conservation Finance Alliance (CFA), de la Fondation BioGuine et du Fonds mondial pour les récifs coralliens.

Dr Eoghan Griffin

Scientific Committee on Antarctic Research (SCAR)

Dr. Eoghan Griffin est le directeur général du Scientific Committee on Antarctic Research (SCAR). Il est titulaire d'un doctorat en physique atmosphérique et d'un master en physique expérimentale de l'University College London, où il a étudié la haute atmosphère polaire, d'abord en tant que doctorant, puis en tant que chercheur post-doctoral jusqu'en 2009. Il a obtenu un diplôme d'enseignant dans le cadre du programme de formation des enseignants INSPIRE de l'Imperial College et a précédemment occupé le poste de responsable de projet au sein de SCAR. Dans le cadre de ses fonctions au SCAR, il a contribué à la gestion de certains aspects des conférences scientifiques ouvertes, au développement de la communication sur le changement climatique, à la gestion des activités de renforcement des capacités de l'organisation et au soutien d'activités politiques spécifiques, notamment dans le cadre de la CCNUCC.

Prof. Larry Hinzman

International Arctic Science Committee (IASC), Université d'Alaska Fairbanks

Prof. Larry Hinzman est le président de l'International Arctic Science Committee (IASC), et professeur d'ingénierie civile et environnementale à l'Université d'Alaska Fairbanks (UAF). Larry a précédemment occupé le poste de vice-chancelier de l'UAF pour la recherche et a été directeur du Centre international de recherche arctique de l'UAF de 2007 à 2015.  Ses principaux intérêts de recherche concernent l'hydrologie du pergélisol. Il a mené des études hydrologiques et météorologiques sur le terrain dans l'Arctique alaskien de manière continue pendant plus de 35 ans, tout en collaborant fréquemment à des recherches complémentaires dans l'Arctique russe et canadien. Ses recherches ont porté sur la caractérisation et la quantification des processus hydrologiques et leur interdépendance avec le climat et la dynamique des écosystèmes. Il a publié plus de 260 articles scientifiques.

Prof. Mahlon "Chuck" Kennicutt

SCAR, Texas A&M University

Prof. Mahlon "Chuck" Kennicutt II est un membre fondateur et ancien directeur (1998-2004) du Groupe de recherche géochimique et environnementale (GERG) et est professeur émérite d'océanographie à l'Université A&M du Texas (TAMU). Il a reçu son B.S. en chimie de l'Union College et un doctorat en océanographie de TAMU. Au GERG, il a été impliqué dans plus de 100 millions de dollars de financement de la recherche, a passé plus de 575 jours en mer, a encadré 21 étudiants diplômés MS et Ph.D., a publié plus de 130 articles scientifiques et neuf chapitres de livres, et a participé à plusieurs des croisières submersibles. En 2004, M. Kennicutt a été nommé directeur du développement durable au sein du bureau du vice-président chargé de la recherche à la TAMU. Ses recherches portent sur la chimie de l'environnement, la géochimie organique, le devenir et les effets des polluants, la surveillance de l'environnement, la santé des écosystèmes, les questions environnementales en Antarctique et la science du développement durable. Il est actuellement administrateur et président du Groupe scientifique international de l'Institut de recherche antarctique de Nouvelle-Zélande. Le Dr Kennicutt a été nommé associé national de l'Académie nationale des sciences des États-Unis pour la vie et a reçu la médaille du service antarctique des États-Unis. Une caractéristique géographique de l'Antarctique a été officiellement nommée Kennicutt Point en 2006.

 

Prof. Jefferson Cardia Simões

Scientific Committee on Antarctic Research (SCAR)

Prof. Jefferson Cardia Simões a obtenu son doctorat. en Glaciologie du Scott Polar Research Institute, Université de Cambridge, Angleterre, en 1990 et a passé du temps comme post-doc au Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement/Grenoble, France. Il est professeur de glaciologie et de géographie polaire à l'Université fédérale du Rio Grande do Sul (UFRGS, Porto Alegre, Brésil), où il est actuellement vice-recteur à la recherche. Membre à part entière de l'Académie brésilienne des sciences, il est le principal scientifique du Programme antarctique brésilien. Il coordonne l'Institut national brésilien des sciences et technologies de la cryosphère. Simões a participé à 25 expéditions scientifiques dans les deux régions polaires. Il a dirigé la première expédition brésilienne à l'intérieur de la calotte glaciaire de l'Antarctique. À l'été 2011/2012, il a dirigé l'expédition nationale qui a installé le laboratoire scientifique latino-américain le plus au sud de la planète, le Criosfera module 1 à l'intérieur de l'Antarctique (84°S, 79,5°W). Il est actuellement vice-président du comité scientifique sur la recherche antarctique et professeur adjoint au Climate Change Institute, Université du Maine, Orono, États-Unis. Il a publié de nombreux articles sur l'impact du changement climatique sur l'Antarctique et l'Atlantique Sud. Il coordonne également la participation brésilienne aux enquêtes sur les carottes de glace antarctique et andine.